biographies

HUMAA GUEE

Au rythme du Tchedja, ce rythme traditionnel du pays Kaponé et plus particuliérement de la tribu de Touaourou dans la commune de Yaté qui est à la base de la musique du groupe Humaa Guée.

Ce groupe a vu le jour en 1996. Il s’agit de la branche musicale de l’association des jeunes de la tribu qui elle existe depuis 1991. Leur objectif principal est la préservation du patrimoine culturel de la région Sud avec ses rythmes spécifiques, ses chants et ses langues. Louis Ouetcho le fondateur et toujours leader dit :  » Nous chantons en Kaponé, c’est important, nous pensons aux générations futures, à nos enfants ».

Humaa Guée veut dire « Notre histoire » et le groupe entends utiliser ce nouvel espace donner à la jeunesse kanak pour faire parler l’elle et occuper sa place sereinement… « La musique est pour nous une tribune pour nous exprimer et laisser une trace de notre culture ».

Leur répertoire reprends souvent des chants traditionnels remis au son du kanéka d’aujourd’hui et le tout est trés dansant. Le rythme du Tchedja et un rythme rapide à l’image de celui de l’Ile des pins ou des Iles Bélep. Wécéca danse également souvent dessus.

Leur textes parlent de la vie tribale mais aussi du vivre ensemble.

Le groupe a commis 7 albums en 15 ans chez Alyzée et chez Mangrove et ses concerts attirent toujours de nombreux fans.

Il y a eu du renouvellement parmi les musiciens avec l’arrivée maintenant des enfants des premiers musiciens des années 90. Les savoirs faire se transmettent et l’éducation passe désormais par la musique pour que les jeunes de Humaa Guée continuent de nous raconter leur histoire.

 

Comments are closed.